30 ans de militantisme pour la reconnaissance des bonnes pratiques agricoles au sein d’Accueil Paysan

Il y a quelques mois, nous évoquions dans cette Newsletter le projet de développement d’Accueil Paysan. En résumé, il s’agit d’un projet visant à reconnaître le lien entre l’accueil à la ferme tel qu’il pratiqué au sein d’Accueil Paysan, et les pratiques agroécologiques. Une des phases importantes du projet étant la construction du référentiel métier du paysan-accueillant-aménageur, outil de reconnaissance de nos pratiques. Aujourd’hui, où en sommes-nous ? Quels sont les premiers résultats ?

Agroécologie, de quoi parle-t-on ?

Tout d’abord, avant d’étudier le lien entre l’accueil et l’agroécologie, il faut savoir ce que signifie ce terme, bien souvent repris dans le monde agricole. A partir des pratiques des adhérents d’Accueil Paysan et d’une analyse bibliographique réalisées par Agnès Terrieux et Bernard Mondy, les chercheurs avec qui nous travaillons, il nous est apparu important nous accorder sur le sens que nous lui donnons : l’approche la plus appropriée permettant d’intégrer les impacts de l’accueil à la ferme serait de considérer l’agroécologie comme l’écologie appliquée à l’ensemble du système alimentaire c’est à dire de la production de qualité intégrant le respect de l’environnement et du vivant, à la transformation et la distribution. Cette approche permet de dépasser le cadre de la parcelle et même de la ferme pour s’intéresser à l’ensemble du territoire ; et aussi de dépasser ce qui ne concerne que l’activité de production agricole, pour nous intéresser aussi aux pratiques de consommation. Ce sont deux conditions nécessaires au succès du projet agroécologique.

Accueil et agroécologie, quels sont les liens ?

A ce stade de l’analyse, on constate que la pratique de l’accueil aide à la mise en œuvre de l’agroécologie à deux niveaux :

  • Le premier concerne la visibilité, la communication et la pédagogie autour des produits agricoles. En effet, la ferme Accueil Paysan – par sa spécificité qui est d’accueillir des visiteurs – est un laboratoire dans lequel s’invite le consommateur. C’est ce qui aide le paysan à mettre en place les meilleures pratiques agricoles possibles puisque, le lien étant fait directement avec le consommateur, ce dernier pourra voir et comprendre comment le produit est élaboré. La mise en place de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement permet à la fois de rassurer l’accueilli sur la qualité des produits qu’il consommera sur la ferme, et de constituer un laboratoire pédagogique plus riche et plus instructif autour du lien au vivant. Cela se reflète dans les résultats de l’enquête, puisque parmi les répondants :

o   61,6 % utilisent des couverts végétaux ;

o   58,8 % mettent en place des cultures associées (pour la fertilisation ou la lutte contre les invasifs par exemple) ;

o   52,3 % déclarent utiliser des techniques de protection des sols ;

o   52,1 % sont en Agriculture Biologique ;

o   Et bien d’autres pratiques et adhésions à des labels de qualité…

  • L’enquête montre aussi l’adaptation des systèmes de production agricole pour améliorer la valorisation des produits auprès des accueillis. En effet, l’accueil augmente la part de vente directe de produits à la ferme, mais pousse aussi les paysans à se diversifier pour proposer une large gamme de produits, notamment dans le cadre de la restauration. Le rôle des potagers est particulièrement important dans ce cadre précis. Ceci met en évidence le lien inéluctable entre la production et l’aval de la production lorsque l’on parle d’agroécologie. On peut également penser que cette constatation révolutionne le modèle économique des fermes, puisque cela réoriente les paysans vers une amélioration de la valeur ajoutée à leurs produits.

Ces différents points ont des incidences très importantes en terme d’autonomie de la ferme, de résultats économiques et de maillage territorial.

Ce qu’il faut retenir !

Par la nature et la complémentarité de ses activités, le métier de paysan-accueillant-aménageur est un métier moderne, car il est intégré dans les 3 secteurs d’activité :

  • Secteur primaire : par la production de matières premières agricoles de qualité ;
  • Secteur secondaire : par les activités de transformation sous diverses formes (pour la vente directe, la restauration à la ferme…) ;
  • Secteur tertiaire : par les services que le paysan propose (accueil, entretien et médiation à l’environnement…).

Cette combinaison de natures d’activités fait du métier de paysan-accueillant-aménageur un métier que l’on peut qualifier d’innovant, et donc un métier d’avenir. On peut aussi le qualifier de métier durable, dans la mesure où les coûts économiques et écologiques de mise en marché sont considérablement réduits, les consommateurs étant sur la ferme pour l’acte d’achat, mais aussi pour la rencontre, l’échange, le partage avec le paysan dans un cadre touristique basé autour de la découverte des pratiques agroécologiques.

Un projet de reconnaissance qui s’inscrit dans l’histoire d’Accueil Paysan

Ce projet constitue une suite logique des tous les travaux de recherche menés depuis la création de mouvement il y a maintenant 30 ans. En effet, Accueil Paysan a depuis toujours tissé des liens très étroits avec le monde scientifique afin de faire reconnaître toute la pertinence du modèle paysan intégrant l’accueil à la ferme, notamment par les Ministères concernés. Cela nous permet également de nous engager dans un processus de compréhension et d’amélioration constante de notre modèle d’agriculture paysanne, et donc d’agroécologie. C’est là toute la nature de notre mouvement d’éducation populaire militant.